Hiba Tawaji

On aime

le savoureux mélange entre la technique vocale et la musicalité classiques d’Hiba et la modernité de son style et de ses interprétations. La pluralité des univers artistiques qu’elle a abordé au cours de sa formation, ses voyages et ses rencontres avec des publics de tous les horizons lui ont permis d’avoir son style propre : « je ne fais pas de la musique traditionnelle, c’est vraiment un mélange où l’orient se marie à l’occident dans les sonorités, les rythmiques, les mélodies, les textes … »
Hiba a commencé sa formation artistique au Liban où elle a grandi. Elle a aussi une parfaite maîtrise de l’anglais et du français, et a donc obtenu son baccalauréat littéraire en français ainsi qu’une licence en arts cinématographiques et audiovisuels autours de laquelle elle réalise plusieurs courts-métrages. Son talent pour la réalisation et l’écriture de scénarios sera d’ailleurs récompensé au cours de sa carrière par les prix des festivals ZUMEFF (Abu Dhabi)pour le meilleur scénario et Outbox (Liban)en tant que meilleure réalisatrice. Elle a également remporté le prix du public de la NDU (Liban). Par la suite, elle a appris les techniques de chant lyrique et de chant moderne auprès de coachs vocaux de renommée, un peu partout dans le monde. Elle s’est rendue à New-York à deux reprises pour suivre d’intenses formations à la comédie et au genre de la comédie musicale, notamment au sein des prestigieux New-York Film Academy et Stella Adler Studio of Acting.
Sa voix claire, forte et émouvante se confirme être celle d’une soprane, capable de s’étendre sur 4 octaves. Ce talent lui permet de faire de remarquables reprises de titres cultes tels que « I have nothing » de Whitney Houston ou encore « Je vole » de Céline Dion.Elle est alors repérée par le producteur et compositeur Oussama Rabhani, figure incontournable de la musique dans le monde arabe et membre de la famille Rahbani, pionnière dans le domaine de la comédie musicale au sein du monde arabe. Il devient son mentor et ils collaborent ensemble depuis plus de 10 ans. Elle a l’honneur d’être choisie pour interpréter des rôles phares dans plusieurs de ses spectacles, notamment de 2009 à 2011 avec « Le retour du phoenix », « Sayf 840 », « Don Quijote » dans lequel elle interprète Dulcinea, et plus tard en 2016 avec « Moulouk el Tawaef ». Entre chaque projet de troupe, elle profite de la maturité de son talent pour travailler avec Oussama Rahbani sur trois albums studio qu’elle sort en langue arabe: « La Bidayi Wala Nihayi » en 2011, « Ya Habibi » en 2014 et cette année « Hiba Tawaji 30 » . Elle s’y investit sur tous les plans : elle sort plusieurs singles dont Helm, tiré de son album « La Bidayi Wala Nihayi ». Elle en réalise elle-même le clip. En parallèle, elle se produit également au sein de festivals ou sur des scènes privées à l’international avec Oussama Rabhani dans le cadre de la promotion de ces albums.

L’année 2015 la révèle aux yeux du public français avec lequel elle a toujours tenu à nouer un lien, de par la culture française qui a imprégné tout son parcours jusqu’alors. Elle participe à la quatrième saison de l’émission The Voice France. Elle fait une prestation particulièrement relayée par les médias et appréciée par les téléspectateurs lors de son audition à l’aveugle avec une version franco-libanaise des « Moulins de mon cœur » de Michel Legrand. Elle intègre l’équipe de Mika et termine son aventure au sein de l’émission en tant que demi-finaliste, ce qui lui permet d’accéder au The Voice Tour dans les zéniths de France.

En mai 2016, la production du retour de la comédie musicale « Notre-Dame de Paris » annonce l’artiste qui incarnera sa nouvelle Esmeralda dès le 23 novembre 2016 : Hiba elle-même ! Elle incarne donc la passionnée et passionnante bohémienne au Palais des Congrès puis à Taiwan pour quelques mois de tournée avant d’entamer une longue tournée française en province actuellement en cours. La troupe passera également au Liban cet été dans le cadre du festival de Jounieh.

by Valentine