Lina Lamara

On aime

la profonde conviction artistique de Lina. « La Clef de Gaïa » est pour elle un mode d’expression privilégié pour diffuser un message plein d’humanité et de tolérance. L’aboutissement d’un travail de formation artistique passionné, et de conception d’un spectacle porteur de bienveillance d’abord monté au Théâtre de l’Echo, puis au Festival d’Avignon en 2015, jusqu’à être représenté au Théâtre des Mathurins en ce moment !
D’abord ciblée autour de sa passion pour le jazz et le gospel, la formation artistique de Lina lui a permis de devenir une artiste pluridisciplinaire. En effet, après avoir suivi le cursus de jazz au sein de la renommée Ecole Nationale de Musique de Lyon et participé à l’Organisation Nationale du Gospel de Paris, elle est entrée à l’Académie Internationale de Comédie Musicale fondée par Pierre-Yves Duchesne. Ce goût pour le spectacle vivant lui avait déjà été transmis par la chanteuse Réjane Perry, qui a notamment été à l’affiche de « Starmania » et a travaillé sur le spectacle « Roméo et Juliette, de la haine à l’amour ».
Le parcours de Lina est rythmé par de prestigieuses rencontres avec des professionnels qui ont cru en son talent et ont forgé sa technique vocale et son aisance en tant que comédienne. Elle a par exemple suivi les conseils de Jack Garfein, figure incontournable de l’Actors Studio et de Amy Lavietes, qui forme notamment les chanteurs qui foulent les planches de Broadway.
Cette solide formation artistique l’a amenée à participer au spectacle « Jim et Janis » de Gilles Ramade dans le rôle de la protagoniste féminine, en alternance avec Elsa Pérusin. Ont suivi « Le Prince et le pauvre » de Ludovic-Alexandre Vidal et Julien Salvia ainsi que « Big Manoir » puis « Kid Manoir » mis en scène par David Rozen, dans les rôles de la sorcière Gisèle et de Malicia. Interprète caméléon, Lina participe à des projets très divers, à l’image de « High School Musical », « Les Misérables » ou encore « The Full Monty », l’adaptation française au Comédia à Paris du livret original de Terrence McNally.
On a également pu voir Lina dans la série « Plus Belle la Vie » dans le rôle de Ermeline Bourdarie, ainsi que dans plusieurs courts-métrages. C’est aussi en tant que chanteuse que nous avons pu la retrouver sur nos petits écrans, grâce à sa participation à la première saison de « The Voice ». Elle a poursuivi l’aventure dans l’équipe de Jenifer jusqu’aux battles, à la suite de quoi l’idée et l’envie de créer son propre projet musical ont jailli dans son esprit. Elle a concrétisé ce rêve de plusieurs façons : en montant son propre label Randa Records pour produire un E.P, mais également grâce à son spectacle.
De fait, c’est en ce moment à l’affiche de sa création « La Clef de Gaïa » que l’on peut applaudir Lina, au théâtre des Mathurins jusqu’au 31 mars. Mis en scène par Cristos Mitropoulos et produit par Compote de Prod, le spectacle joue les prolongations, fort de très bonnes critiques et d’un heureux bouche-à-oreille. Entre intimité et universalité, « La Clef de Gaïa » plonge ses spectateurs dans une histoire familiale profondément humaine et généreuse, dont le fil conducteur est l’idée de partage et de transmission : celle d’une culture, d’une histoire et de valeurs bouleversantes.
by Valentine