Cyril Romoli

On aime

son remarquable talent d’interprète. Cyril a une présence scénique qui retient l’attention car il jongle avec brio entre le caractère de son personnage et les subtiles mais incisives nuances personnelles qu’il peut lui apporter. Cela se ressent aussi dans son album ; il raconte des histoires tout en restant fidèle à l’humanité et la sincérité qui lui sont propres. On a hâte de découvrir quel Malcolm Beineke il campera dans « La Famille Addams » à la rentrée !
Cyril est un artiste de scène depuis son plus jeune âge. Dès ses 9 ans, il entre à l’Ecole des Enfants du Spectacle de l’académie de Paris et participe à plusieurs projets. Il affine sa formation de comédien à l’école Claude Mathieu. Après avoir déjà plusieurs fois foulé les planches, c’est au fil de rencontres que sa carrière se poursuit. En 1988 il figure notamment pour Robert Hossein et Alain Decaux dans « l’Affaire du courrier de Lyon » au Palais des Sports. Il profite dès lors des plusieurs représentations qui l’amènent à se produire sur des scènes de théâtres pour diversifier ses talents et les confirmer en comédie, danse et chant.
En 2004 se concrétise un projet sur lequel il travaillait depuis plusieurs années avec une équipe majoritairement rencontrée lors de sa formation artistique : « La guinguette a rouvert ses volets » se produit entre 2004 et 2005. Cette comédie musicale de Didier Bailly et Eric Chantelauze est nommée 3 fois aux Molières en 2005, et Cyril y participe sur tous les plans : il y interprète son rôle mais a aussi contribué à l’organisation des showcases, à la recherche de la production, à l’enregistrement du CD ainsi qu’à la création du site web. L’année suivante il joue le rôle du Cousier dans le spectacle « Chance » d’Hervé Devolder qui obtient le prix de la meilleure comédie musicale au festival de Béziers. Il sort en même temps son premier album intitulé « Humour rose et amours noires ». Ce titre est par ailleurs révélateur de la poésie piquante, aussi touchante qu’intrigante, qui caractérise son univers artistique. En 2008 il intègre la troupe du « Roi Lion » mis en scène par Julie Taymor, en doublant les rôles de Scar et Pumbaa, et ce jusqu’en 2010. Le spectacle est récompensé par 3 Molières.
Par la suite il part en tournée avec la troupe de « Ce soir il pleuvra des étoiles » d’Alexandre Martin Varroy, avant d’incarner Ambrigio et d’être assistant des metteurs en scène Christian Schiaretti et Arnaud Decarsin pour « Le Barbier de Séville » au Théâtre des Champs-Elysées. Au sein de cette ‘formation de comédien chanteur’ il sort un nouvel album piano-voix en 2010. Intimiste, mordant, et en cela tellement émouvant, c’est « A l’heure où les lionnes apparaissent ». Il partage avec le public sa voix ‘médium modérée’ lors de plusieurs concerts pour présenter les titres qui le composent, estimant toujours que l’humain et l’artistique ‘ne vont pas l’un sans l’autre’.
Il se lance alors dans une nouvelle aventure d’envergure en intégrant la troupe de « 1789 les amants de la Bastille » de Dove Attia et Albert Cohen en tant que Comte d’Artois jusqu’en 2014, grâce au grand succès parisien et provincial que les spectateurs ont réservé au spectacle. Il retrouvera d’ailleurs le producteur Albert Cohen sur « Mistinguett Reine des Années Folles » dans lequel on le verra évoluer sur la scène du Casino puis Comédia en interprétant Jacques Charles.
Plus récemment encore nous avons pu l’entendre en Voix Off à la télévision et à la radio ou le découvrir dans plusieurs téléfilms ou courts-métrages. Il compose également des musiques de spectacles pour enfants.
Nous aurons le plaisir de le retrouver sur la scène du Palace à Paris dès le 15 septembre prochain sous les traits de Malcolm Beineke dans « La famille Addams », dont nous devons la mise en scène et l’adaptation française à Ned Grujic.

by Valentine