Il y a quelques semaines, ToïToïToï mettait à l’honneur INCA dans la rubrique des Artistes à la Une. L’occasion de revenir sur sa carrière et de commencer à évoquer son actualité. Un article que vous pouvez retrouver en cliquant sur ce lien : Inca, Artiste à la Une

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de l’accueillir pour une interview exclusive que nous vous proposons de retrouver ici. Et nous vous promettons d’ores et déjà de très grandes et belles surprises !

Bonjour INCA, et merci de nous accorder cette interview.

Avec plaisir !

Que de chemin parcouru depuis la fin de l’aventure de La Légende du Roi Arthur ! Un album en 2017 (Je vivrai), des concerts, un single sorti en mai dernier (Je me sens vivant). Et les choses se précipitent encore en cette rentrée avec la sortie de ce nouvel EP tant attendu. Peux-tu nous le présenter ?

Bien sûr. Cet EP s’intitule Je me sens vivant. Il représente deux années de travail, voire même plus en fait, car c’est finalement tout mon parcours, toutes mes aspirations, tout l’univers conceptuel d’INCA, qui s’y retrouvent concentrés. C’est un EP Electro Pop Rock. J’en suis le compositeur, comme pour toutes mes chansons, et les textes sont de Mike Dean. L’arrangeur et réalisateur de cet EP est Sirius, qui a déjà travaillé avec Joyce Jonathan, Vianney, beaucoup de groupes japonais… C’est un vrai plaisir de collaborer avec lui.
Il y aurait beaucoup de monde encore à citer… J’ai vraiment une très belle équipe à mes côtés.
Cet EP sort le 1er septembre.

Ce nouvel EP s’accompagne d’une grande tournée de showcases dans 12 magasins Cultura en France (vous pourrez retrouver les lieux et les dates à la fin de l’article). Tournée qui se terminera en beauté par deux concerts au Zèbre de Belleville les 2 et 3 novembre 2018. Une occasion de présenter bien sûr ton travail, et sans doute pour toi le plaisir de rencontrer ton public avec une proximité inégalée ?

Oui ! Faire une tournée était pour moi une priorité. Je voulais, en quelque sorte, revenir sur les pas de celle de la Légende du Roi Arthur, pour retrouver les fans qui avaient aimé le spectacle et m’y avaient découvert. L’an passé déjà, j’avais voulu faire une tournée pour accompagner la sortie de mon album, je vivrai, mais le projet n’avait pu aboutir par manque de budget. Ne pas pouvoir aller à la rencontre des gens avait été vraiment très frustrant.
Cette année, je tenais absolument à rencontrer mon public, dans toute la France. Ce partenariat avec les magasins Cultura va me permettre de présenter cet EP, avec à chaque fois un mini concert, puis une séance de dédicaces et de photos. Les gens vont pouvoir découvrir tout mon univers lors de ces showcases. Et grande nouveauté, il y aura également un stand d’objets dérivés reprenant l’ensemble du concept INCA. Vous pourrez y découvrir les bracelets INCA, les porte-clés INCA, le book INCA…

Crédit photo : Voleonc via Instagram

On connaît INCA, brillant compositeur, interprète. Mais tes talents ne s’arrêtent pas là. Revenons sur le superbe clip Je me sens vivant. Tu es également à la co-écriture du scénario (avec le réalisateur Thierry Vergnes) et à la conception des costumes. Décidément, un investissement à tous les niveaux. Dis-nous en plus sur ce clip qui te tient tellement à cœur.

Je me sens vivant, effectivement, était un très grand projet, une création complète et totale. Nous l’avons mis en place avec mon ami Thierry Vergnes (ndlr : co-auteur et réalisateur du clip). Il était le réalisateur du Clip Quelque chose de Magique, de la Légende du Roi Arthur. Il a travaillé également avec Céline Dion, Amir, Hélène Ségara, Patrick Fiori et beaucoup d’autres artistes… C’est une pointure, mais c’est aussi et surtout un grand homme. Il a adoré mon projet et le message que je voulais délivrer avec INCA. Il m’a tout de suite suivi sur ce projet. Je lui ai présenté la chanson, nous avons commencé à discuter un peu du scénario, et tout de suite, l’un comme l’autre, nous avons voulu créer quelque chose d’original, qui ne se faisait pas. Nous sommes du coup allés dans le paroxysme de cette idée, en choisissant un univers très particulier qui me correspondait.
L’univers INCA, c’est une palette de plusieurs choses que vous allez découvrir progressivement tout au long de cet EP et de l’album à venir. Car, je vous le dévoile ici, cet EP est un premier volet. Il y en aura un second, les deux constituant au final un album.

Il y a aussi un magnifique Making Of, réalisé par Julien Lamassone, Se sentir vivant. Une jolie complicité née sur La légende du Roi Arthur ?

Oui, une belle complicité née sur ce spectacle. On retrouve aussi beaucoup d’autres amis, dans le clip comme dans l’ombre. J’ai  recontacté toutes les personnes avec lesquelles j’avais vraiment eu des liens particuliers sur la Légende du Roi Arthur, que ce soit Carmen au maquillage, Audrey Borca à la coiffure, Thierry Vergnes comme nous l’avons déjà évoqué, mes amis danseurs, et parmi eux Lili Felder qui signe les chorégraphies du clip. Elle fait partie intégrante de mon équipe aujourd’hui. Ce sont des gens que j’apprécie tout particulièrement et que je n’oublie pas.
C’est très important de s’entourer d’une équipe stable et investie dans le projet. Ils comprennent ainsi réellement ce que je désire transmettre comme message. Mon travail n’est pas que de la musique, ce n’est pas qu’un EP, c’est bien plus que cela :  comme je le dis dans ma biographie, je souhaite diffuser des messages d’humanité. C’est cela que représente INCA.

On le voit, une brillante et riche carrière solo, mais il semblerait que tes projets ne s’arrêtent pas là et que tu aies une sacrée exclusivité à dévoiler. Alors, je te laisse annoncer la bonne nouvelle ? Et nous en apprendre un peu plus ?

Effectivement, il y a un secret qui plane déjà depuis plusieurs mois maintenant, et c’est très dur de le garder. J’ai beaucoup de fans qui viennent me voir dans le sud de la France où je réside et qui me demandent quel est le thème de la fameuse comédie musicale à laquelle je vais participer… Et je ne peux pas le dire !
Mais aujourd’hui, je vais enfin pouvoir l’annoncer officiellement : le thème de ce futur spectacle s’articule autour de l’histoire de Bouddha. Le titre du spectacle, vous en avez sans doute déjà entendu parler, sera SIDDHARTHA, L’OPERA ROCK.
Quand on se renseigne un peu sur cette grande histoire spirituelle indienne, on apprend que Bouddha, qui était un homme comme nous, s’appelait Siddhartha Gautama. Siddhartha était donc son prénom.
Voilà, l’histoire de Siddhartha va être adaptée en comédie musicale, au Palais des Sports (Dôme de Paris), et je serai Siddhartha !
Passer de Méléagant à Siddhartha, je ne sais pas si un plus grand écart est possible !

Même si la gestion de ta carrière personnelle ne se fait pas bien évidemment pas seul, la perspective de retrouver la vie de troupe et toute l’ambiance qui lui est liée te porte-t-elle ?

Honnêtement, à la fin de l’aventure de la Légende du Roi Arthur, j’ai eu un vrai besoin de me recentrer sur mon travail personnel. Je sortais de deux années d’une grande et belle aventure humaine, avec ses hauts mais aussi ses bas. Et ça n’est pas toujours simple à vivre. Il y a bien sûr un très grand attachement, des instants magiques, mais il y a aussi des moments où l’on a besoin de se retrouver seul, et ça n’est pas facile quand on participe à un tel spectacle où évoluent autant de personnes.
J’aurais eu la possibilité d’enchaîner sur d’autres comédies musicales suite à plusieurs propositions, mais j’ai refusé. Je ne voulais pas mettre INCA de côté, ce projet me tenait vraiment trop à cœur. C’est mon univers artistique personnel, et j’ai vraiment eu ce besoin impérieux de créer. La qualité d’interprète, c’est génial, mais je suis aussi compositeur et créateur dans l’âme. Et ça, je ne pouvais pas le laisser en suspens. Je voulais que ça devienne quelque chose de concret, de mis en place.
Pendant les deux dernières années, j’ai vraiment réussi à retrouver mon équilibre. J’ai pu revenir dans ma région, le sud de la France. Et artistiquement, j’ai pu travailler sur mon propre univers, celui d’INCA. J’ai réussi à analyser et construire toutes ces choses que j’avais tant envie de transmettre.
Les racines INCA sont là, bien ancrées. Tout est prêt, il n’y a plus qu’à activer le bouton Power pour que ça marche. En France, comme à l’étranger d’ailleurs. Je ne me ferme aucune porte, je les laisse toutes ouvertes. Je vois bien qu’en France c’est très difficile de faire quelque chose parce qu’on est vraiment dans un paysage musical très urbain. Mon univers ça n’est pas cela, je continue à porter les valeurs de la chanson française. Je pense à tous ces grands artistes qu’on a pu avoir  : Edith Piaf, Dalida, Jacques Brel, Balavoine, Stromaé même récemment… Ils sont nombreux. Moi je veux m’inscrire dans cette vague là. Je n’ai pas envie de partir vers un univers qui ne me convient pas juste pour faire du business et de l’argent. Je suis un artiste qui a envie de délivrer des messages. Qu’importe le temps que ça prendra, qu’importe si ça commence à prendre à l’étranger avant de revenir en France. Tout est possible.
Alors oui, maintenant que je me suis pour ainsi dire retrouvé, recentré, ressourcé, reposé, cette perspective de repartir sur un grand projet me porte au plus haut point ! C’est génial de se lancer dans ce qui sera, à n’en pas douter, une grande aventure !

Une actualité qui s’annone donc très chargée pour les années à venir. Il va falloir prendre des forces ! Parle-nous de l’Islande, Terre de Glace et de Feu, qui semble être pour toi l’endroit où se ressourcer comme nulle part ailleurs. Un petit détour prévu avant de tout enchaîner ? Tu nous promets, si tu y retournes, de nous faire encore partager ton voyage et tes si belles photos ?

Effectivement, l’Islande, j’y suis déjà allé six fois en trois ans. J’ai eu un véritable coup de cœur, comme vous avez effectivement pu le constater. C’est un endroit fabuleux. J’aime ce pays pour sa nature préservée, qui est absolument flamboyante. C’est extraordinaire de pouvoir découvrir un lieu pour ainsi dire totalement vierge de la main de l’homme. Malheureusement, avec le tourisme, cela commence à se modifier, mais j’espère vraiment qu’ils vont réussir à préserver le plus possible cette terre sauvage.
Bien sûr, je compte y retourner dès que possible. Mais comme pour beaucoup de choses, c’est avant tout une question de finances. C’est une destination qui coûte très cher. Je voulais y aller cet été avant la tournée, mais le budget était vraiment trop serré…
Quand j’en aurai les moyens, j’y retournerai, c’est certain ! Et promis, je partagerai encore ces si beaux paysages.

Crédit photo : Mike Dean

Toute l’équipe de ToïToïToï te remercie pour ta gentillesse et te souhaite les plus belles des réussites possibles pour tous ces beaux projets.

Merci à vous. Et à bientôt !

Interview réalisée le 20 Août 2018

Dates de la tournée JMSV TOUR

Entrée libre – Pas de réservation pour les showcases Cultura

 

BILLETTERIE JMSV – Zèbre de Belleville

2 et 3 Novembre 2018

 

https://www.digitick.com/fr/recherche?query=inca

 

Pour retrouver l’actualité d’INCA :

 

Le Site officiel : https://www.incaofficiel.com/

La Page Facebook : https://www.facebook.com/incaofficiel

Twitter : https://twitter.com/INCAofficiel

Instagram : https://www.instagram.com/incaofficiel/

Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCn50pY-Wr427PGCkUzvjJkA

Les objets de l’univers INCA : https://www.band.fm/inca

 

Pour suivre l’aventure SIDDHARTHA : 

 

La Page Facebook : https://www.facebook.com/siddharthaloperarock

Instagram : https://www.instagram.com/siddharthaloperarock

by Franck
5.00 moyenne des internautes surToï Toï Toï (99% score) - 3 votes