Déjà aux couleurs de la bannière étoilée depuis plusieurs mois avec Grease, le Théâtre Mogador accueille, depuis le 17 février, une seconde comédie musicale qui fait également référence au nouveau continent : Tom Sawyer. Mais la comparaison s’arrête là, la première se déroulant à la fin des années 1950 quand la seconde prend place dans l’Amérique du XIXème siècle, celle-là même qui vit naître l’auteur des Aventures de Tom Sawyer : Mark Twain.

Ce personnage et ses aventures sont profondément ancrés dans l’inconscient collectif, tant par l’ouvrage littéraire de référence qui est devenu un véritable classique que par les adaptations qui lui ont succédé (avec en première place, pour sans doute beaucoup d’entre nous, les 49 épisodes du dessin animé à succès sorti en 1980).

Toï Toï Toï a eu le privilège d’assister à la générale de presse qui s’est déroulée  le mercredi 21 février 2018.

Et pour vous faire partager un peu de l’univers de ce spectacle, nous commencerons par vous présenter le dossier de presse qui vous permettra, si besoin est, de vous remémorer l’intrigue générale de l’histoire, de découvrir l’équipe des créateurs et la distribution des rôles principaux.

 

S’il est un public difficile, c’est bien celui des enfants. Et ils étaient très nombreux à Mogador en ce mercredi de vacances scolaires à venir découvrir le spectacle, en famille et même en groupes. Alors si l’on vous dit qu’en près de deux heures de représentation, tous avaient les yeux rivés sur la scène sans perdre une seule miette de tout ce qui pouvait s’y dérouler, cela vous donne déjà une idée de la qualité du spectacle présenté. Mais attention, Les Aventures de Tom Sawyer n’est pas seulement un spectacle pour enfants, les réactions et les sourires des adultes sortant de la salle étant là pour le prouver. Le pari de Ludovic-Alexandre Vidal et de Julien Salvia semble déjà gagné : ils ont réussi, une nouvelle fois, à créer une œuvre transgénérationnelle d’une très grande qualité.

 

La réalisation, certes française, se nourrit de tout ce que Broadway offre de plus riche, au point même de croire qu’il pourrait s’agir d’une adaptation. Et pourtant non, il s’agit bien une création française.

Les thèmes musicaux sont riches et variés : aux sonorités jazzy de Louisiane sont associés des musiques plus modernes qui ne font qu’enrichir l’ensemble de la partition et servent à merveille tant l’intrigue que l’ambiance générale. Certains morceaux, c’est une certitude, n’auraient pas été reniés par la grande maison Disney. Alors forcément, là aussi, tout le monde s’y retrouve, en premier lieu les enfants. Bravo à Larry Blank et Antoine Lefort pour leur magistrale orchestration !

            David Rozen et Juliette Azzopardi, qui signent respectivement la mise en scène et la scénographie, offrent des tableaux très variés, que les riches décors d’Eric Klatt viennent servir de la plus belle des manières. Qu’il est bon de retrouver, dans ces temps qui s’appuient de plus en plus sur les murs vidéos, de vrais éléments qui habillent la scène et permettent de la faire vivre complètement. Et s’il faut habiller l’ensemble de la scène pour figurer  le paysage de Louisiane sur fond de Mississipi, avec éventuellement un coucher de soleil, et bien on descend des voiles peints qui apportent, à coup sûr, une chaleur supplémentaire. Et qu’importe si lors d’un changement de tableau un rideau de ciel étoilé se trouve en partie bloqué sur le toit d’une maison, le public se montre indulgent et applaudit même les techniciens qui, en coulisses, prennent tous les risques pour le débloquer au plus vite. C’est ça aussi la magie du spectacle vivant.

 

Il n’y a aucun temps mort, les tableaux s’enchaînent avec fluidité, nous faisant passer de la maison de Tom à son école, du Mississipi à une maison hantée, en passant par un cabaret, une salle d’audience, un cimetière, une grotte… L’attention du public est canalisée par cette dynamique finement ciselée et très réfléchie.

 

Les chorégraphies, signées Johan Nus, finissent d’habiller pleinement la scène, en liant entre eux, de la plus parfaite des manières, les autres éléments déjà évoqués. Chaque pôle de création se retrouve renforcé par celui des autres dans une parfaite complémentarité.

 

Sur scène, nous retrouvons de jeunes et talentueux artistes qui chantent et jouent la comédie sans aucune fausse note. Jimmy Costa-Savelli campe avec énergie un Tom Sawyer espiègle, malin et courageux. Harry Hamaoui se glisse dans le touchant personnage de Huckleberry Finn avec malice. Megan Bonsard incarne une Becky Tatcher plus vraie que nature. L’ensemble du cast est d’une très grande qualité. Les voix sont bien placées et l’énergie débordante. On sent sur scène, comme en dehors, la grande complicité qui unit toute la troupe.

Le public passe par toutes les émotions possibles pendant tout le spectacle : des rires provoqués par la talentueuse Olivia Masseron (Sid), la peur qu’inspire Joseph Laurent (Joe l’indien), la compassion devant l’interprétation remarquable de « Je n’suis pas » de Marion Préïté (Tante Polly)…

Le succès semble d’ores et déjà assuré pour cette comédie musicale d’une grande qualité qui ravira tous les publics, des plus jeunes aux plus âgés, des amateurs éclairés de comédies musicales aux néophytes. N’hésitez pas, le spectacle se joue jusqu’au 6 mai 2018 au Théâtre Mogador, avant de partir en tournée en octobre.

 

La bande annonce des Aventure de Tom Sawyer

 

Pour retrouver l’actualité des Aventures de Tom Sawyer :

Le Site : https://www.double-d-productions.fr/nos-spectacles/les-aventures-de-tom-sawyer/

La Page Facebook :https://www.facebook.com/MusicalTomSawyer/

Instagram : https://www.instagram.com/tomsawyermusical

by Franck