Toï Toï Toï a eu la chance d’assister, ce 18 septembre, à la conférence de presse et soirée de présentation de la comédie musicale Guillaume Tell : La Nation en Héritage. Ce spectacle se jouera les 17 et 18 novembre aux Folies Bergère.
Avant de vous parler du magnifique show qui s’annonce – ATTENTION, PIQURE DE RAPPEL – parlons un peu de Guillaume Tell. On connait tous son nom, mais qui était-il vraiment ? Vraiment, c’est un grand mot, car on ne sait pas si c’est un mythe ou une réalité (cependant, c’est bien sa tête que l’on retrouve sur les pièces de 5 francs Suisse ! ).
Ce héros légendaire a été confronté à un dilemme horrible. Pendant la période où la Suisse a été sous l’autorité de la royauté Autrichienne, Guillaume Tell, arbalétrier de renom, a désobéi à l’empereur de l’époque. Ce dernier (mécontent, bien évidemment), fit mettre une pomme sur la tête du fils de Guillaume Tell et ordonna à son dernier de viser la pomme pour qu’ils aient tous les deux la vie sauve. Sans manquer sa cible, et d’aventures en (més)aventures, Guillaume Tell tua le roi, et eût, depuis ce temps, le titre de héros qu’on lui connait aujourd’hui.
Revenons maintenant au centre du sujet (l’histoire c’est bien, mais la musique c’est mieux) ! Ce spectacle abordant des thèmes actuels tels que la liberté et le patriotisme, est une ode au courage de se révolter, au courage de s’aimer et de s’unir, au courage d’oser pour aller de l’avant.
Le Réservoir était plein à craquer pour accueillir cette comédie musicale – qui a déjà été jouée en Suisse – et nous n’avons pas été déçus.L’ouverture fût brillante : les artistes étaient à proximité de leur public, et le dynamisme était là.
Sur un medley orchestré par Benjamin Maytraud ( rôle éponyme de la comédie musicale Timéo ) , Candice Parise ( Que nous avons rencontrée pour vous ! ), Yoni Amar ( La Belle et la Bête ) et Bastien Jacquemart ( Le Fantôme de l’Opéra ), les spectateurs ont tout de suite perçu l’univers musical du spectacle : des paroles sensées, des musiques pop rock très éclectiques, des artistes, des VRAIS.
Nuno Resende, qui interprète Guillaume Tell, nous a offert un morceau appelé « L’empreinte », plein de prouesses techniques qu’il a effectuées avec brio.
La belle et talentueuse Ana KA a ensuite interprété la chanson « Mon Homme », qui lui colle à la peau. C’est une chanteuse souriante, avec une grande technique que l’on oublie facilement grâce à son aisance et à son envie d’être LÀ, à CET ENDROIT, sur CETTE SCÈNE, à CE MOMENT précis. « Mon Homme » est aussi moderne, intemporelle et pleine de douceur que l’est Ana KA.

Ana Ka

Après cette prestation, j’ai été curieux de creuser et de savoir ce qui faisait la brillante artiste qu’elle est aujourd’hui.

Toï Toï Toï : Ana, quelles sont les 3 chansons qui ont changé ta vie ?

Ana Ka : « Au bout de mes rêves », de Jean-Jacques Goldman, « Lost », de Anouk et « Heavy Cross », de Gossip car c’est avec cette chanson qu’on m’a découverte à The Voice 5 et c’est grâce à cette chanson que ma vie a changé.

Toï Toï Toï : Quelles sont tes trois inspirations artistiques les plus fortes ?

Ana Ka: Aretha Franklin, faisait partie des premiers articles que j’écoutais, Anouk, la chanteuse hollandaise qui est juste… voilà, et la grande Céline (Dion), parce qu’avant de faire du rock, c’est ses chansons que je chantais; elle a une carrière que j’adore et que j’admire.

Toï Toï Toï : Quelle personne aurais tu aimé / aimerais tu rencontrer ?

Ana Ka : Sans hésiter, Jean-Jacques Goldman. C’est vraiment l’artiste que j’aimerais rencontrer ! Il n’est jamais trop tard !

Toï Toï Toï : On t’a connue en carrière solo à travers The Voice, par exemple. Est-ce si différent de travailler avec une troupe que de travailler sur un projet solo ?

Ana Ka : Déjà, ce n’est pas la même façon de travailler. Quand tu travailles seule, tu n’as que toi sur qui compter. Quand tu travailles en groupe, c’est bien, parce que c’est un travail d’équipe et tu peux trouver la force en chacune des personnes qui est présente. J’adore les deux, c’est un travail complètement différent. J’aime bien mener ma carrière solo avec mes propres chansons, mais j’adore travailler dans les comédies musicales. Avant The Voice, j’ai fait « Le Bal des Vampires » à Mogador, j’ai fait une comédie musicale pour enfant… Je fais les deux, et j’adore ça !

Toï Toï Toï: Si tu devais décrire ton univers à toi, en un seul mot ?

Ana Ka : C’est très difficile comme question… Je dirais… VRAI. Je ne peux pas te donner un style musical particulier- même si je suis beaucoup entre le rock, la pop, et la variété internationale, en français et en anglais – , une influence précise, mais mon univers est juste ce que je suis MOI. C’est la réponse la plus précise que je peux te donner !

Toï Toï Toï : La chanson « Mon homme » te sied donc à ravir…

Ana Ka : Oui, c’est exactement ça, entre la POP et la variété. Stéphane Métro (compositeur sur le spectacle, qu’on a pu voir dans Les Trois Mousquetaires ) a écrit des chansons magnifiques qui me servent magnifiquement bien. C’est vers là que je veux aller : des vraies belles chansons.

Toï Toï Toï: Il y 5 ans, te serais-tu imaginée être là où tu en es aujourd’hui ?

Ana Ka : Non. En fait si tu veux, quand je suis arrivée à Paris en 2010, j’avais plein de rêves, forcément, on a tous des rêves. Mais je ne pensais pas que j’arriverais à en vivre. J’ai beaucoup travaillé et franchement, aujourd’hui, je suis très heureuse d’être là avec un rôle dans une aussi belle comédie musicale. Pour moi, c’est un truc de fou. A chaque fois que je suis engagée sur un spectacle, c’est un éternel recommencement… Un tellement bon recommencement ! A chaque fois je réapprends des choses. Je ne me serais pas imaginée là, je ne me serais pas imaginée ailleurs… J’ai l’impression d’être à ma place et d’avoir trouvé ma place : je n’imaginais pas des trucs aussi fous !

Toï Toï Toï: Et dans 5 ans, où te vois tu ?

Ana Ka : Ah ! Dans 5 ans, si mon petit rêve peut être entendu ( ndlr: rassure- toi Ana, il sera écrit sur Toï Toï Toï), j’aimerais tellement avoir sorti mon album et tourner avec mes chansons et ce que je suis.

Toï Toï Toï: Si tu pouvais créer une comédie musicale, sur qui, ou sur quoi la créerais-tu ?

Ana Ka : On ne m’a jamais posé cette question ! Comme ça, de but en blanc, je dirais… Je n’en sais rien en fait ! Je ne sais pas si ça a été fait, mais j’aurais aimé crée une comédie musicale sur Aretha Franklin ! Lui rendre hommage. J’aimerais aussi raconter la vie de Phil Collins, parce que je suis très fan. Ce ne sont que des idées comme ça, j’adorerais écrire sur eux !

Candice Parise

La seconde artiste que Toï Toï Toï adore et que nous avons rencontrée ce soir, c’est Candice Parise.

Toï Toï Toï : Candice, quelles sont les 3 chansons qui ont changé ta vie ?

Candice Parise : Les chansons qui ont une résonance particulière pour moi et dans ma vie sont « Amazing Grace » parce que j’ai commencé par le gospel – C’est une des premières chansons que j’ai apprises et qui m’a permis de me sentir bien !, « Vivre », de Notre-Dame de Paris car c’est un de mes plus beaux contrats, j’ai mis honnêtement presque deux ans à ne plus pleurer en écoutant les chansons… Toute la bande son de Notre-Dame de Paris m’a prise aux tripes et la troisième chanson, c’est quand j’ai participé à la sélection à l’Eurovision et où j’ai chanté « New-York »; c’est une chanson que j’ai toujours chantée… et qui aura toujours une résonance particulière notamment de par mon parcours et ma scolarité américaine – le côté spectacle et Broadway de la chanson me rappelle et mon éducation et le monde dans lequel je gravite.

Toï Toï Toï: Quelle est ton inspiration artistique la plus forte ?

Candice Parise : Dans la musique, je suis très admirative des personnes qui ont une grande technique vocale et qui contrôlent leur propre instrument… Lara Fabian est une grande interprète, et surtout une grande technicienne. Elle représente une perfection qui me touche, alors que certains vont trouver ça justement trop parfait. Lara est raffinée, douce, étudiée… dans le bon sens du terme.

Toï Toï Toï : Préfères-tu travailler seule ou en groupe ?

Candice Parise : Je pense que tu ne travailles jamais réellement seule, que ce soit sur un projet solo ou pas. J’aime bien recevoir un avis extérieur… Je n’ai pas une grande confiance en moi, c’est donc doublement important d’avoir l’avis d’un œil extérieur. J’adore être entourée, j’adore être guidée, j’adore être mise en scène… J’aime être coachée et mise en scène : c’est ça le bonheur et le partage, de puiser dans la formation, dans l’artistique, dans l’expérience de l’autre. Ça ne peut que te sublimer, car les personnes ressentent tes envies, ce que tu aimes ou non, ce que tu as envie de dégager… Seuls, nous ne sommes rien. A plusieurs, c’est quand même vachement plus sympa !

Toï Toï Toï : Si tu devais créer ta propre comédie musicale, sur qui, sur quoi porterait-elle ?

Candice Parise : Si je monte quelque chose, ce sera forcément avec mon meilleur ami, qui était avec moi sur le Magicien d’Oz, c’est une évidence et c’est clair. Je voudrais créer un spectacle qui met en avant les grandes voix, le partage… Et quelque chose que j’aimerais beaucoup intégrer, ce sont les arts du cirque. Je veux pouvoir relier pleins de choses !

Toï Toï Toï : Quand je te parle, j’entends que tu sais te mettre en avant, mais également mettre en avant les personnes avec qui tu travailles. C’est d’ailleurs ce que je trouve remarquable sur le spectacle et la présentation de ce soir : tous les artistes, qu’ils soient rôles ou ensembles, et les techniciens, qu’ils soient au son ou à la lumière sont mis en avant ! Je me trompe ?

Candice Parise : C’est exactement ça ! L’éclectisme est mis en avant ! Je trouve que l’éclectisme dans une spectacle et amusant, intelligent et attractif. C’est important de mettre en avant la diversité de chacun, surtout avec notre génération !

Au cours de la soirée, nous avons également pu découvrir un clip, celui de la chanson « Fabulous », interprétée par les drôles de dames du spectacle : Candice Parise, Ana Ka, et … surprise… AMALYA. Une chanson jazzy, au cadre temporel urbain, qui reste dans la tête et qu’on a envie de chanter à tue-tête.
Et parce que la danse occupe une grande place dans ce spectacle, comme on peut le voir dans le clip, j’ai eu également envie de poser des questions à Florian, danseur dans cette comédie musicale. De cet échange avec lui, je retiendrais ces mots : « Il y aura une grande place pour tout le monde dans ce spectacle. On envie de sortir du lot, de montrer des choses. Les feux des projecteurs seront mis sur tout le monde, tout le monde a sa place. »

Guillaume Tell est une ode à la vie, aux rêves et à la musique, que je vous recommande grandement !

Je terminerais sur une phrase de David Alexis parlant des rêves : « Il faut laisser les rêves, car les rêves doivent se faire.. . Alors, n’oublions jamais de rêver. Car grâce à nos rêves, de grands projets concrets voient le jour !»…

by Samir