Elles en ont ras le diadème et plein les bottes (pardon, les pantoufles, qu’elles soient de verre ou de vair selon qu’on soit plus Perrault ou Balzac). Et surtout, elles ont décidé de le faire savoir, en le chantant bien haut. Les princesses se rebiffent, tombent le masque et cassent le mythe. Et, le moindre qu’on puisse dire, c’est qu’elles n’y vont pas par quatre chemins.

Après un immense succès en off-Broadway, l’œuvre de Dennis Giacino s’est exportée à l’international pour se jouer enfin à Paris, à la Maisons des Pratiques Artistiques et Amateurs Broussais (pour 4 représentations). Avec aux commandes 7 jeunes artistes qui composent la toute jeune association (née en Mars 2017) : les Something Musical. Nous sommes donc ici face à un spectacle amateur. Mais attention, d’une qualité rare, qui n’a rien à envier à d’autres, qualifiés de professionnels.

Les something Musical (avec, de gauche à droite)

  • Jérémy Andriamakaoly : pianiste et directeur musical
  • Ophélie Joinville : « The Princess Who Kissed The Frog », chorégraphe, et coach vocale
  • Margaux Laidet : « Sleeping Beauty », secrétaire adjointe, superviseur technique, et metteure en scène
  • Marion Roudier : « Cinderella » et présidente de Something Musical
  • Myriam Bakir : « Snow White », trésorière, et directrice musicale
  • Jeanne Le Bozec : « Ariel », « Belle », « Rapunzel »
  • Céline Chen : « Mulan », « Pocahontas », « Badroulbadour », secrétaire, et chargée de communication

           Pour la représentation, deux musiciens supplémentaires étaient de la partie : Pierre-Emmanuel Wulfman à la basse, et Samih Souissi au violoncelle et aux percussions. Vous l’avez donc compris, toutes les musiques étaient jouées en live. Un sacré plus, cela va sans dire !

Pour monter ce projet, en plus des aides publiques, la troupe a monté une opération de crowdfunding pour récolter 2000 euros. Au final, ce sont 5300 euros qui ont été récoltés, soit 265% de la somme attendue !

Une année de travail et de répétitions, à raison de 3 heures environ par semaine, pour finir par 6 week-ends intensifs pour tout finaliser. Et, enfin, le temps tant attendu des représentations.

            Disons le tout net, ce spectacle, interprété en anglais, n’est pas à mettre dans toutes les oreilles. Car quand se tourne la page du « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », les princesses se dévoilent, et ce n’est pas forcément sous leur meilleur jour. C’est même un doux euphémisme que de dire cela.

Tout est décalé, hilarant et… terriblement subversif. Et, disons le tout net, la sexualité est un thème plus que récurrent. Sans faux semblant ni demi-mesure. La décence nous oblige à garder sous silence les thèmes abordés et les mots choisis, mais sachez que tout cela préoccupe ou inquiète énormément nos princesses. Qui l’eut cru ?

Au final, il ne faudrait pas rester dans le premier degré car l’objectif est bien plus profond que de simplement faire rire en choquant : cela permet aussi et surtout de dénoncer les clichés sexistes, racistes, homophobes, qui gangrènent notre société (et les dessinateurs de Disney).

            Si 10 princesses se partagent l’espace scénique, elles ne sont que 6 à leur donner vie. Chacune avec sa personnalité et sa sensibilité, mais toutes avec une voix incroyable et une énergie débordante qui font de ce spectacle une magnifique réussite. Au point d’en oublier totalement le terme « amateur ». On en ressort absolument bluffé par tout le travail accompli et le talent manifeste qui s’en dégage. On va de surprise en surprise, pas seulement par la succession de portraits en décalage total avec l’image qu’on peut avoir de telle ou telle princesse, mais aussi et surtout par la qualité des interprétations et la justesse du jeu. Et lorsqu’on croit avoir atteint un seuil, il y a toujours un nouveau palier qu’elles nous font franchir jusqu’aux dernières chansons où on les retrouve ensemble sur scène, l’harmonie des voix finissant de nous emporter.

Fin de spectacle et standing ovation amplement méritée.

Beaucoup, énormément de travail, pour 4 représentations. Et devant une telle qualité, il est possible que  l’aventure Disenchanted par les Something Musical se poursuive dans les mois à venir : la Directrice des Maisons des Pratiques Artistiques et Amateurs parisiennes aurait demandé à revoir la troupe pour envisager de nouvelles représentations. Et il se murmure même que des contacts commencent à être pris pour trouver une salle parisienne qui pourrait accueillir le spectacle… Nous espérons que ces projets pourront se concrétiser. Ils le méritent vraiment.

Quelques images des Something Musical en répétition

Bravo à tous !

 

Pour retrouver les Something Musical :

Le Site : www.somethingmusical.fr

La Page Facebook : www.facebook.com/somethingmusical

Instagram : www.instagram.com/somethingmusical

by Franck