Le pari était audacieux : un vaudeville à Broadway, nous promettaient les Something Musical. Au mois d’octobre, la troupe de comédiens, chanteurs, danseurs et musiciens a investi la MPAA Saint-Germain pour défendre son spectacle It Shoulda been you, mis en scène par Augustin Morel et Sarah Brau-Mouret, pendant cinq représentations. Il y a près d’un an, nous avions reçu une invitation des plus raffinées, à domicile : des dragées, des boîtes aux allures de costumes miniatures, et, surtout, une invitation manuscrite pour le mariage de Rebecca Steinberg et Brian Howard. Le temps passe, le Covid s’installe, les spectacles sont reportés, les mariages aussi. Et soudain : octobre 2022! Les festivités peuvent avoir lieu. Et le moment de découvrir, enfin, qui sont les futurs mariés.

Photo : Jean Lepeudry

Rebecca vient d’une famille juive, elle est couvée par ses parents et complice avec sa soeur qui veille sur elle, malgré les tensions générées par sa mère. Brian, lui, vient d’une famille catholique, aussi proche de sa mère alcoolique qu’éloigné des intérêts de son père, qui tente maladroitement de les rapprocher. De cette union in coming naît un joyeux bazar, interprété par des comédiens survoltés pendant près de deux heures et quart, sans entracte. L’unité de temps est claire et nette : les spectateurs sont conviés à assister aux préparatifs et au cérémonial du Jour-J. Chacun s’affaire, s’agite, s’énerve, se tend, s’extasie d’avance… Dans le fond, tout tient du vaudeville, comme indiqué dans le livret du spectacle. Le personnel de la réception, mesquin, regarde tout ce petit monde s’écharper. Les parents des mariés se chamaillent, les proches se disent leurs quatre vérités, un invité surprise vient perturber tout ce petit monde et, soudain, plot twist : les faux semblants éclatent, les langues se délient et de vrais bonheurs à venir se dessinent.

Toutefois, nous n’assistons pas à une adaptation de Marivaux mais bel et bien à celle d’un show qui s’est joué à Broadway en 2015, après quatre ans de production dans d’autres théâtres américains, écrit par Brian Hargrove et composé par Barbara Anselmi.

Sur scène, pas une seconde de temps mort. Les répliques fusent, les voix s’envolent avec technicité dans les aigus, les chorégraphies dynamiques s’enchaînent, souvent collégiales. Difficile de réaliser que ce spectacle est présenté pour la première fois par ces treize artistes, qu’on imaginerait très bien en résidence dans un théâtre outre-Atlantique. D’autant que l’intégralité du livret est interprété en langue originale, sur-titré en français sur un panneau en fond de scène (qui gagnerait à être plus lumineux et en plus gros caractères pour les spectateurs de fond de salle). 

It shoulda been you est une partition pleine d’humour et de comiques de situation qu’un Molière n’aurait pas reniés. Dans la salle, on rit à gorge déployée et on se laisse porter par les petites piques et références acides qui ponctuent les dialogues, ciselés. Tous sont accompagnés par un orchestre de sept musiciens, qui appuie les touches d’humour, berce les scènes dramatiques et contribue à renforcer le dynamisme du spectacle, en live. Chaque artiste a son moment de lumière sur scène, qu’il passe par une réplique phare, un numéro de claquettes, un gimmick ou une vocalise. Les comédiens sont entourés par d’astucieux éléments de décors qui témoignent de la qualité de la mise en scène de ce quasi-huis clos, digne des adaptations de Broadway qui investissent régulièrement le théâtre Mogador.

D’autant qu’outre sa fonction de divertissement merveilleusement bien remplie, It shoulda been you est porteur de messages engagés, assumés dans le livret et défendus par ses interprètes. Les personnages abordent des sujets nécessaires, au coeur des prises de parole qui font l’actualité aujourd’hui :  « lutte contre la grossophobie, inclusivité et respect de l’autre », énumère la troupe dans sa note d’intention. « Parce que la musique, le théâtre et la danse sont nos armes dans la lutte pour une société plus juste, nous travaillons depuis Octobre 2019 pour présenter une adaptation de qualité, à la hauteur des valeurs portées par la pièce » poursuivent les Something Musical.

Il y a cinq ans, l’association qui porte le nom de la troupe a été créée avec « l’envie de partager [la] passion pour la comédie musicale au travers d’œuvres engagées ». It shoulda been you s’inscrit dans cette démarche et conjugue avec habileté les séquences d’émotion et de légèreté. 

Depuis la fin des représentations parisiennes, les Something Musical ne s’en cachent pas : ils « se remettent de leurs émotions ». Le temps nécessaire avant d’en livrer de nouvelles sur scène, avec une reprise du spectacle ou une nouvelle création qui sera, à n’en pas douter, dans l’ADN aussi sensible qu’enflammée qui caractérise leurs shows.

Photo : Jean Lepeudry
Photo : Jean Lepeudry

by Valentine Ulgu-Servant

5.00 moyenne des internautes surToï Toï Toï (99% score) - 18 votes